Accueil >> Perte de poids >> Le stress peut-il ralentir la vitesse à laquelle votre organisme brûle les graisses

Le stress peut-il ralentir la vitesse à laquelle votre organisme brûle les graisses

femme avec des maux de têteL’organisme de l’être humain peut gérer le stress, si ce dernier n’est pas exagéré. Cependant, lorsque l’on souffre énormément du stress, on commence à avoir des problèmes de santé, notamment des problèmes de surpoids. La raison en est que le stress pourrait entraîner des déséquilibres dans les taux de nos hormones.

Lorsque notre corps se sent qu’il est dans une situation, disant… «Se battre ou s’enfuir», il commence à secréter plus de cortisol pour s’aider à faire face à la situation perçue. L’une des conséquences des taux élevés de cortisol pendant des périodes de temps prolongées est la suralimentation. Il faut savoir que la suralimentation conduit au gain de poids et au ralentissement du métabolisme, ce qui va conduire votre corps à brûler moins de matières grasses et à emmagasiner plus.

Le manque de sommeil et les nuits blanches favorisent le stress, ce qui peut nuire au bon fonctionnement de votre métabolisme. Lorsque vous rencontrez des difficultés à vous endormir, votre corps a du mal à métaboliser les glucides, ce qui provoque tout naturellement une hausse de la glycémie.

Votre corps réagit en sécrétant plus d’insuline pour contrer cette hausse de glycémie. Pour réduire votre taux de glucose sanguin (glycémie), votre corps doit métaboliser le glucose, mais lorsqu’il trouve qu’il n’en a pas besoin pour en faire de l’énergie, il l’emmagasine sous forme de graisse.

Le stress non seulement vous fait gagner du poids, en vous empêchant de bien dormir et d’avoir suffisamment de sommeil et en augmentant le taux de cortisol, mais peut aussi ralentir votre métabolisme (la vitesse à laquelle votre corps brûle les graisses). En outre, si vous manquez de sommeil ou si votre sommeil est de mauvaise qualité, vous serez plus exposés à la fatigue pendant toute la journée et, par conséquent, moins efficaces pendant vos exercices physiques, ces derniers étant le seul moyen de contribuer à la stimulation du métabolisme.

Faire régulièrement des exercices physiques vous aide à bruler les calories à des taux très élevés. Les exercices aident aussi à soulager le stress. Si vous avez moins de stress, vous allez mieux dormir. Et si vous dormez bien, votre corps aura tendance à métaboliser rapidement les glucides, ce qui signifie que vous allez perdre du poids. En faisant des exercices destinés à réduire le stress, vous allez réussir à réduire votre taux de cortisol, ce qui vous aidera grandement à contrôler votre appétit et à prévenir le gain de poids associé.

Pourtant, il existe un autre aspect lié aux exercices physiques et qui peut vous aider à brûler plus de calories, c’est le développement de la masse musculaire. Nous ne parlons, bien évidemment, pas ici du body-building, mais d’exercices qui permettent de tonifier et de donner un peu de volume aux muscles du corps. Le volume de votre masse musculaire affecte directement le nombre de calories que vos muscles brûlent chaque jour. Il faut savoir que plus votre masse musculaire est développée, plus grand sera le nombre de calories que vous brulez par jour, même sans prendre en considération le nombre de calories que vous pouvez brûler par les exercices.

En faisant des exercices pendant au moins 30 minutes par jour, votre corps brûlera plus de calories qu’il ferait si vous ne les faisiez pas. Cependant, pour développer votre masse musculaire pour une meilleure combustion de calories sur le long terme, il est important de choisir les exercices adéquats.

Les exercices de musculation ou les entraînements aux poids sont le meilleur type d’exercices pour développer la masse musculaire. Un programme consistant à faire quatre jours d’exercices cardiovasculaires et deux jours d’entraînements aux poids par semaine et une pilule de perte de poids, comme PhenQ, serait une combinaison parfaite pour, à la fois, brûler un maximum de calories et développer votre masse musculaire.